Marges de Manoeuvre
Défendre! Jacques Isorni, avocat de tous les combats.

Prix : 22€


(+3€ de participation
aux frais de port)
Payplug, paiements sécurisé

GILLES ANTONOWICZ


DÉFENDRE !


Jacques Isorni, l’avocat de tous les combats

Préface de Roland Dumas - Prix du Palais littéraire

806 pages - Collection regard sur l'histoire



Le premier tirage de cet ouvrage consacré par le prix du Palais Littéraire en 2008 étant épuisé, nous le rééditons aujourd’hui dans une version revue, annotée, complétée, reconsidérée et augmentée par l’auteur.



Jacques Isorni incarne la Défense dans son expression la plus noble : la défense politique. Avocat des communistes sous l'Occupation, avocat de Brasillach et de Pétain à la Libération, avocat des nationalistes tunisiens avant de devenir celui des soldats perdus de l'Algérie Française, sa place est en toutes circonstances « du côté des prisonniers ».
Témoin privilégié des chocs et des tragédies qui ont traversé la France, il nous invite à jeter un regard nuancé sur notre histoire contemporaine, avec l'oeil de la défense, une place où l'on cherche à comprendre les mobiles qui font agir les hommes...
Le suivre, c'est aussi croiser la route des plus grands avocats du XXe siècle :
« Moro », Henry Torrès, Maurice Garçon, Albert Naud, René Floriot, « Tixier », Jacques Vergès, bien d'autres...



ISBN 978-2-9557399-0-7 , 140 x 205 mm

Quelques appréciations sur la première édition…


« Votre travail est remarquable. Non seulement vous avez écrit la biographie qui n’en appelle désormais aucune autre, mais vous avez rendu vivant celui que vous vous êtes attaché à découvrir et à restituer tel que nous l’avons connu et admiré. Soyez-en remercié ».
Christian Charrière-Bournazel (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris).

« J’ai trouvé le plus grand intérêt à la lecture de votre livre. Il a évoqué pour moi des souvenirs très précis de rencontres très enrichissantes avec ce grand Avocat que fut Jacques Isorni. Mes félicitations pour votre ouvrage et votre couronnement par le Palais Littéraire ».
Mario Stasi (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris).

« Prix du Palais Littéraire amplement mérité compte tenu de l’ampleur des travaux et du résultat très convaincant. C’est aussi et surtout un livre qui a une âme ».
Denis Salas, secrétaire général de l'Association française pour l'histoire de la justice.

« Je tenais à vous féliciter et à vous remercier pour ce livre qui restitue de manière passionnante et très complète l’histoire de celui que l’histoire oublie parfois d’honorer et qui, grâce à vous, retrouve la place qu’il mérite parmi nous. »
Damien Legrand, premier secrétaire de la conférence du barreau de Lille.

« Votre livre devrait être lu par chacun de nos jeunes confrères comme un ouvrage de déontologie ! ».
Yves Mahu (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Rouen).

« Isorni a su exprimer ce que l’avocat incarne : la nécessité des droits de la défense, la lutte contre l’arbitraire, l’indépendance, la liberté d’expression, la contradiction, le respect de la dignité humaine, le refus des compromissions, des honneurs, le courage. Lisons cet ouvrage, pour nous souvenir que rien n’est acquis, que la défense n’existe que par les personnes qui en portent témoignage ».
Bertrand de Belval, commission Histoire du barreau de Lyon.

« J'aimerais vous inviter à lire un livre formidable : "Jacques Isorni, l'Avocat de tous les combats". Eclairant sur la personnalité d'Isorni, si émouvante, si romantique, si passionnée, cette biographie mérite l'attention de tous sur un immense Avocat. ».
Pascal Saint Geniest (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Toulouse).

« Votre livre m’a permis de retrouver Jacques Isorni tel que je l’ai connu avec ses emballements qui lui ont couté si cher, mais aussi ses fulgurances si courageuses. Ce livre devrait être enseigné à nos futurs confrères, à l’Ecole du Barreau. On y trouve tout ce qu’il faut faire pour réussir, mais aussi tout ce qu’il ne fait pas faire… L’exemple et le contre-exemple… »
Philippe Lemaire.

« Félicitations pour la qualité de votre livre très documenté, non partisan, parfaitement équilibré, accessible à tous et si instructif pour les avocats »
Thierry Berland (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Dijon).

« Bravo pour votre livre et ce portrait d’Isorni qui sonne si « vrai » dans son humanité. Vous tracez avec érudition la vie judiciaire de périodes terribles et vous le faites avec objectivité. »
Jean Villaceque (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Perpignan).

« L’ouvrage très documenté de Gilles Antonowicz permet de suivre Isorni tout au long de ses 64 années de vie professionnelle (1931-1995). Cette évocation vivante et chaleureuse intéressera les amateurs d’histoire mais aussi tous les gens de robe … »
Yves Ozanam, archiviste de l’Ordre des avocats de Paris
.
« Cette biographie passionnante retrace sans concession la carrière et la vie de notre confrère Isorni. (…) Ce livre est à lire absolument ! »
Marc Absire (Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Rouen).

« Il nous est très agréable de saluer la publication de la biographie de Jacques Isorni, avocat d’exception sinon de génie. Dans cet ouvrage fort documenté, d’écriture simple et directe, qui se lit d’un trait, l’auteur nous dévoile la vie de celui qui était un avocat intransigeant ou intégral. Si les plus anciens se souviennent de cette figure marquante, les plus jeunes en ignorent à peu près tout. Il faut donc remercier l’auteur qui fait ainsi œuvre de mémoire, non pas simplement pour rappeler la vie d’un homme, mais, au-delà, pour susciter une réflexion sur ce que signifie « être avocat ». »
La Gazette du Palais.

« Gilles Antonowicz ne se contente jamais des on-dit, des impressions, des lieux communs rabâchés ad nauseam. Il ne porte pas de jugement de valeur. Il a un dossier, des documents. Il lit tout de la première à la dernière ligne. Il confronte, fouille, relève les incohérences, les contradictions. Il se fout du bien pensant et de l’émotion facile qui dégouline. Il se fout de la morale. Il honnit le lynchage. Il est fasciné par les causes perdues. Horrifié par l’injustice. Son « Isorni », c’est une leçon pour les jeunes avocats et pour tous ceux qui aujourd’hui doivent apprendre à résister à l’air vicié du temps. C’est une leçon de liberté et de courage ».
Anne Covillard, avocate au barreau de Lyon.